Toutes nos actualités

17
Dec.
Réunis mercredi 9 décembre à l’institut Jacques Delors, à Paris, les jurés du 14e Prix du livre européen ont récompensé l’auteur slovaque Pavol Rankov pour son roman C’est arrivé un premier septembre, paru en mars 2019 aux éditions Gaïa. Les 13 journalistes européens membres du jury, qui était présidé cette année par l’actrice Carole Bouquet, ont salué « une excellente contribution au travail de mémoire et à l’examen de conscience non seulement des populations de l’ancien bloc soviétique, mais de

Suivez-nous sur Facebook

5 jours Il y a

Gaïa Éditions
📖 « qu’on commence par le début. On a quelqu’un, puis on ne l’a plus. Voilà à peu près toute l’histoire. Sauf que tu dirais, toi, qu’avoir quelqu’un, ce n’est pas possible. Ou devrais-je plutôt dire : elle dirait ? Il y a des chances que ce soit mieux, que ça te plaise davantage. D’être elle dans un livre. Bon, d’accord.Elle dirait donc qu’avoir quelqu’un, ce n’est pas possible. Mais elle aurait tort. On peut posséder les gens pour honteusement peu. Seulement, elle préfère se voir comme l’immuable principe du bon fonctionnement de l’univers. La vérité, c’est qu’on peut avoir quelqu’un, mais pas l’avoir, elle. On ne peut pas avoir Lejla. À moins de la tuer, de l’encadrer, de l’accrocher au mur. D’ailleurs sommes-nous encore les mêmes une fois figés sur la pellicule ? Pour moi, c’est certain : s’arrêter et Lejla, ça a toujours fait deux. C’est pour ça qu’elle est floue sur tant de photos. Elle n’a jamais su s’arrêter.Même maintenant, dans ce texte, je la sens presque gigoter. Elle se glisserait entre deux phrases si elle pouvait, comme une mite entre les lames d’un store, et elle grignoterait cette histoire de l’intérieur. Elle se réserverait les fringues à paillettes qui lui ont toujours tellement plu, elle se rallongerait les jambes, se gonflerait les seins, ajouterait quelques mèches à ses cheveux. Moi, elle me massacrerait, elle ne laisserait que quelques touffes pendouiller sur mon crâne, elle me collerait un défaut d’élocution, une patte folle, elle inventerait une difformité qui me ferait lâcher mon crayon. Elle serait peut-être même prête à aller plus loin (après tout, les vacheries, ça la connaît), à ne pas me mentionner du tout. Elle pourrait faire de moi un simple croquis jamais terminé. Tu en serais capable, pas vrai ? Pardon, elle. C’est ce qu’elle ferait à ma place. Sauf que c’est moi qui raconte l’histoire. Et je peux faire d’elle tout ce que je veux. »☆☆☆Première page d'**Attraper le lapin** de Lana Bastašić, roman traduit du serbo-croate par Aleksandar Grujičić en collaboration avec Isabelle Liber. Découvrez la suite 👉 gaia-editions.com/livre/attraper-le-lapin/ ... Voir plusVoir moins
View on Facebook

6 jours Il y a

Gaïa Éditions
Bientôt en librairie… 👀🐱 **Philosophie féline. Les chats et le sens de l’existence** de John Grayessai traduit de l’anglais par Fanny QuémentDans ce petit ouvrage aussi éclairant qu’amusant, mêlant vulgarisation philosophique et textes littéraires, anecdotes et conseils félins pour une vie meilleure, John Gray, intellectuel subversif et ailurophile convaincu, nous révèle — non, sans une pointe de provocation — que les chats, libérés du fardeau de l’angoisse et dépourvus de conscience de soi, détiennent — contrairement à toutes les idéologies religieuses ou politiques auxquelles nous recourrons depuis la nuit des temps — les réponses aux grandes questions de l’existence (l’amour et l’attachement, la mortalité et la moralité).🗞 « Pourquoi les humains ne peuvent-ils pas davantage être comme les chats ? C’est la question posée par ce saisissant patchwork de philosophie, de fiction, d’histoire et de récit personnel […]. Un merveilleux mélange de légèreté et de profondeur, de rigueur et de tendresse, d’esprit et de lamentation. » – Jane O’Grady, Daily Telegraph« Mêlant des histoires et des faits réels sur les chats et la philosophie, John Gray invite le lecteur à une réflexion sérieuse sans lui dicter ce qu’il doit penser… Le véritable plaisir de Philosophie féline provient de l’expérience de lecture elle-même. Le livre ne cherche rien à prouver. » – Paul J. D’Ambrosio, Los Angeles Review of Books ... Voir plusVoir moins
View on Facebook

1 semaine Il y a

Gaïa Éditions
🎧 Mathias Enard, sur France Culture : « **Attraper le lapin**, l'excellent premier roman de la jeune autrice Lana Bastašić s’ouvre sur ces mots : "qu’on commence par le début". Sans majuscule, une phrase que l’on attrape en cours de route, une proposition subordonnée sans principale, comme on sauterait dans un train en marche. […] Le lecteur sent qu’il a raté quelque chose, qu’il plonge tout entier dans le grand bain sans commencer par se tremper les orteils ou se tapoter la nuque. Plouf. **Attraper le lapin**, c’est essayer de suivre la narratrice Sara dans un voyage enténébré entre Dublin et Vienne, un voyage vers la malle au trésor de guerre de l’Europe, la Bosnie, et son passé chargé. »[www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-incipits-de-mathias-enard/qu-on-commence-par-le-deb...]☆☆☆Plus d'informations sur **Attraper le lapin** de Lana Bastašić, roman traduit du serbo-croate par Aleksandar Grujičić en collaboration avec Isabelle Liber 👉 gaia-editions.com/livre/attraper-le-lapin/ ... Voir plusVoir moins
View on Facebook

@ gaiaeditions

  • 📚✨ Très bonne nouvelle, ATTRAPER LE LAPIN de Lana Bastašić est l'un des quatre romans qui figur...
  • En librairie ! 📚 ATTRAPER LE LAPIN de Lana Bastašić, traduit du serbo-croate par Aleksandar Gru...
  • Depuis qu’un coup d’Etat militaire a frappé son pays, Ren vit seule dans les montagnes. Le jour...
  • Zagreb 2003. Journaliste en disgrâce, Tin envoie son cousin éloigné Boris couvrir le conflit ir...
  • 🎶 Aujourd'hui c'est la fête de la musique ! Comme Marieke, dans **Le Pianiste blessé** de Maria...
  • À redécouvrir en poche ! 📚 LE CANON DE LASSELILLE ET AUTRES RACONTARS de Jørn Riel, nouvelles d...
  • À redécouvrir en poche ! 📚 LES TURBINES DU TITANIC de Robert Perišić, traduit du #croate par Ch...