Les cruelles étoiles de la nuit
polar traduit du suédois par Philippe Bouquet
ISBN: 
978-2-84720-228-1
384 pages - 23 €
Mai 2012


Uppsala, automne 2004. Laura vient signaler la disparition de son père. Veuf, universitaire à la retraite spécialiste de Pétrarque, Ulrik était un véritable tyran domestique. Après une enfance douloureuse et solitaire, est-ce l’heure de la libération qui sonne pour Laura, à 35 ans ?

Dans un village voisin, un ancien agriculteur est retrouvé mort. Il a laissé une lettre d’adieu. Un suicide ? Ce n’est généralement pas le terme employé pour une mort causée par un violent coup porté à la tête…

Pour Ann Lindell, les mois et les années passent, Erik grandit. Un jeune collègue fraîchement débarqué à la Scientifique la drague gentiment, mais c’est Edvard qui continue de lui manquer. À sillonner les cours de ferme et les chemins parés de couleur or, on pourrait croire l’automne paisible. Pourtant, dans la campagne suédoise, il n’y a pas que les feuilles mortes qui se ramassent à la pelle.

La presse et les libraires en parlent: 

La semaine des spectacles « Vu de notre horizon, la Suède semble un pays lointain et pourtant avec Kjell Eriksson elle se rapproche dangereusement, et avec elle toutes nos ambiguïtés, tous nos désirs les plus confus, tous nos mystères les plus humains. Un très beau polar. »

Dernières Nouvelles d'Alsace « La radiographie de la vie rurale suédoise se double d'un convaincant portrait de criminelle hitchcockienne. Doit-on se lasser du polar nordique ? Pas avec celui-ci, en tout cas, bien mené. »

Sud-Ouest  « La force de l'auteur c'est sa langue, simple, efficace, une langue nerveuse qui sait se faire tendre, lyrique parfois, surtout quand on entre dans la contemplation d'un paysage, d'une jument ou d'un verre de bon vin. Superbement traduit par Philippe Bouquet qui travaille en osmose avec l'auteur, ce livre est à la fois réaliste et romantique, noir et traversé d'éclats de lumière. […] À goûter pour se faire plaisir... de toute urgence. »

L'Est-éclair « Un livre noir, qui trouve toute sa place dans la grande lignée des polars venus du nord. »

Site Actualitte « Ce cinquième volet de la série Ann Lindell dépasse, de nouveau, mais peut-être avec davantage de profondeur et d’envergure, les cadres du simple roman policier. À la fois réaliste, toujours bien noire, l’histoire libère cette fois-ci une expression plus lyrique, presque romantique, renforcée par une qualité littéraire et un style d’écriture personnel. […] Au final, un polar social rude et sombre, inséré dans une nature poétique et esthétique, parfois mélancolique, comme un doux balancement pour atténuer l’horreur et la brutalité. »

L'amour des livres « L'enquête est menée d'une main de maître. »

La Gazette Nord-Pas de Calais « Un polar subtil à l'intense crescendo dramatique. »

Elle « Kjell Eriksson s'inscrit dans la lignée de Stieg Larsson. »

Site lemague.net « Une plume sinueuse et méthodique, offrant une atmosphère à la fois étrange et anxiogène. »

Le Havre presse « Kjell Eriksson anime ses personnages avec grand talent. »

Bibliographie de
Kjell Eriksson
  • L’homme des montagnes  Gaia Éditions