N'essuie jamais de larmes sans gants
Roman traduit du suédois par Jean-Baptiste Coursaud et Lena Grumbach
ISBN: 
978-2-84720-716-3
592 pages - 24 €
format 15x24
Septembre 2016

Prix Libr'à Nous 2017 – catégorie roman étranger

1982. Rasmus passe son bac et quitte la Suède profonde pour la capitale. À Stockholm, il va pouvoir être enfin lui-même. Loin de ceux qui le traitent de sale pédé. Benjamin est Témoin de Jéhovah et vit dans le prosélytisme et les préceptes religieux inculqués par ses parents. Sa conviction vacille le jour où il réalise qu'il est homosexuel.
Rasmus et Benjamin vont s’aimer. Autour d’eux, une bande de jeunes gens, pleins de vie, qui se sont choisis comme vraie famille. Ils sont libres, insouciants. Quand arrive le sida. Certains n’ont plus que quelques mois, d’autres quelques années à vivre.
Face à une épidémie mortelle inconnue, les politiques sociales ou sanitaires du « modèle suédois » échouent. Les malades séropositifs sont condamnés à l’isolement et à l’exclusion. Un témoignage unique sur les années sida, un roman bouleversant.


Découvrez les premiers chapitres de N'essuie jamais de larmes sans gants

Bande-annonce: 
La presse et les libraires en parlent: 

La Librairie Nouvelle (Asnières), Page des libraires «  Il faut lire ce superbe texte.  »

Livres hebdo «  N’essuie jamais de larmes sans gants est ainsi à la fois une histoire d’amour tragique, un Mausolée des amants.  »

Librairie Les Bien-Aimés (Nantes) « Certainement l'un des livres les plus touchants, étonnants, accaparants de cette saison littéraire. A lire absolument.  »

Librairie Honoré « Immense émotion à la lecture de ce roman. […] J’ai adoré ! »

Daniel Arsand, écrivain « C’est un livre d’amour, de fureur et de mémoire. Nécessaire, donc. Et d’amitié. »

Têtu « Jonas Gardell a bouleversé la Suède avec une histoire d’amour gay dans les années sida.  »

La Libre Belgique «  Par-delà le côté documentaire du roman, son humour, son réalisme parfois cru, l’histoire de Rasmus, de Benjamin et de leurs amis, baigne dans ce que Shakespeare appelait “le lait de la tendresse humaine”.  »

Le Monde des Livres «  Une chronique de cette décennie dramatique, une plongée dans les ténèbres qu’aucun espoir ne vient encore éclairer. Un requiem pour une génération disparue.  »

Libération « Le roman vrai des années sida en Suède. Un succès phénoménal. »

Librairie des Canuts (Lyon) « Immense roman sur les années sida, déchirant et passionnant ! »

Librairie Le Channel (Calais) « J’ai été impressionnée par la puissance de ce texte, par cette histoire d’amour superbe et la description terrifiante de l’arrivée du sida en Suède. »

Librairie Le Vent Délire (Capbreton) « Rude et magistral. À lire ! »

Librairie Syllabes (Millau) « Un livre poignant et passionnant du suédois Jonas Gardell paru chez Gaïa Éditions pour cette rentrée littéraire. »

Le Courrier de l’ouest « L’auteur évoque avec précision la fragilité des êtres sensibles, différents, la difficulté de trouver leur place, même au sein de leur propre famille. »

Ouest France « Pour la première fois en France, le roman suédois sur les années sida, une épidémie mortelle inconnue, face à laquelle toutes les politiques sociales ou sanitaires échouèrent. »

Librairie Les 3 souhaits (Morteau) « Un roman très fort qui nous accompagne longtemps. »

France Bleu Besançon « Un très beau texte, un hymne à la tolérance. »

Librairie Mots & Images (Guincamp) « Bouleversant ! »

Télérama «  Précisément documenté, embrassant l’Histoire, le social et le politique, empli d’une rage et d’une énergie le plus souvent exprimées par un humour au tranchoir […]. Tombeau littéraire dédié aux amis disparus, ce roman bouleversant est d’abord un extraordinaire témoignage de vie.  »

S!lence «  Un roman historique et poignant qui retrace avec justesse et finesse la sombre réalité d’une politique suédoise d’internement et de rejet des homosexuels.  »

Librairie La Carline (Forcalquier) «  Un grand roman d’amour et d’amitié.  »

Apollo Magazine «  Phénomène de librairie en Suède où il s’est écoulé à 500 000 exemplaires, ce livre est un manifeste bouleversant contre l’exclusion et pour le droit à la différence.  »

Cultura (Chambray-les-Tours) «  Une fresque de presque six cent pages, parfaite.  »

Actualitté «  Incontournable et tellement utile. Exceptionnel, à bien des égards, il livre au lecteur beaucoup plus qu’un plaisir romanesque.  »

Art District Radio «  Une histoire d’amour, une histoire de mort, une histoire intime et une histoire universelle.  »

Souvenirs FM «  Un témoignage d’insouciance et d’urgence à vivre intensément, avant d’en payer le prix le plus fort qui soit.  »

Librairie Mollat (Bordeaux) «  Roman puissant, où la dimension tragique affleure d’emblée, grand roman d’amour aussi, N’essuie jamais de larmes sans gants est en passe de devenir un livre culte.  »

Le Républicain Lorrain «  Jonas Gardell évoque avec autant d’humour que de mélancolie le quotidien de Rasmus, Benjamin et leurs amis. Leurs jours heureux puis leur désarroi.  »

L’Avenir «  Un formidable témoignage romanesque.  »

Librairie Le Divan (Paris) «  Un livre magnifique, à l’écriture sobre et belle, une traduction parfaite qui nous offrent un texte superbe. […] Un grand livre.  »

Branchés culture «  Quand Jonas Gardell hurle qu’il n’y a pas d’amour honteux. […] C’est donc un roman dur, sans concession, et très documenté que nous livre Jonas Gardell. […] Sublime. »

Hétéroclite « Un objet littéraire magistral, tant dans sa construction que dans son écriture, directe et poétique à la fois, ne faisant l’économie d’aucune réalité sans pour autant perdre sa douceur. »

Librairie Le Pain des Rêves « On ne peut le fermer sans garder en mémoire ce vœu admirable et douloureux de Benjamin, "Je veux dans ma vie pouvoir aimer quelqu'un qui m'aime." »

Librairie Coiffard « Ce que l'on retient de cette lecture, c'est la lumière qui émane de chaque personnage et surtout, l'amitié, la tendresse et l'amour qui les unissent. »

Addict-Culture « Une œuvre littéraire à couper le souffle. […] Ce pavé, ce roman-fleuve, on se le prend en pleine figure, c’est triste, c’est dur, âpre, cru parfois mais l’émotion est palpable entre les lignes. »

Zoomsurhier « Ce livre est un véritable chef d’œuvre. Vous pouvez courir chez votre libraire… »

Librairie Vaugeois (Québec) « Ça faisait longtemps qu’un livre n’était venu me chercher avec autant de force. »

Libération «  Un portrait bouleversant. […] N’essuie jamais de larmes sans gants est une œuvre salutaire qui rappelle que si nous ne baisons pas pareil, nous nous aimons avec la même passion.  »

Les lectures d’Isabel & Léo «  Difficile de ne pas être ému par ce témoignage percutant qui a tout sauf la saveur sucrée d’un conte de fées. […] Voilà une lecture que vous pourrez parcourir sans gants… mais pas sans mouchoirs !  »

Voir « Gardell signe ici l'un des grands livres de la dernière année. »

La Chronique d’Amnesty International «  Pour Jonas Gardell, raconter est une sorte de devoir, une manière d’honorer, de pleurer, de se souvenir.  »

 

Bibliographie de
Jonas Gardell