Roman traduit de l’islandais par Éric Boury
ISBN: 
978-2-84720-110-9
21 €
format 13x23
Février 2008


À Reykjavík, des couples coulent, des cadavres remontent à la surface.
Björn, un architecte prospère et bien sous tous rapports, découche de plus en plus souvent… jusqu’au matin où il ne revient plus. Le flic chargé de l’enquête, brisé par un chagrin d’amour, a les nerfs à vif.
Il n’est pas le seul. Dans l’entourage de Björn — des gens très ordinaires : pas un moins dérangé que l’autre — tous s’entre-déchirent et chacun se consume, d’angoisse, de fantasmes, de rancune.
Au beau milieu évolue un tueur à gages japonais, seul à échapper aux passions humaines. À moins que son cœur ne se mette, lui aussi, à faire des siennes…

Stefánsson brosse avec un humour cynique un univers où la violence des désirs n’a d’égal que la mesquinerie du quotidien, où des personnages sous pression semblent courir à leur propre perte, tout en cherchant à sauver les apparences. Mais dans ce petit monde qu’est Reykjavík et sous la lumière permanente de l’été islandais, il est bien difficile de garder un secret.


La presse et les libraires en parlent: 

Extraits de la presse étrangère

Þórarinn Þórarinsson, Fréttablaðið « Le livre est un bouillonnement de passions enflammées, de haine, d’obsessions, de jalousie agrémentées d’une petite touche de folie. Jón Hallur mélange tous ces ingrédients en un roman policier extrêmement bien écrit, ce qui fait de Brouillages un livre à la fois littéraire et très captivant. »

Brynhildur Björnsdóttir, Birta « Jón Hallur est surnommé le prince héritier du roman policier islandais et il mérite amplement son titre de bout en bout de son premier roman. L’histoire est captivante et l’intrigue, les personnages et tout l’environnement collent impeccablement à la réalité islandaise. »

Buch-Aktuell « Complexe, poétique et remarquablement bien écrit, Brouillages est le premier volume captivant d’une excellente série de polars. »

Site schwedenkrimi.de « Jón Hallur Stefánsson écrit de manière plus épurée, plus austère qu’Arnaldur Indridason. Chez ses personnages, l’amour est brutal, jamais délectable. Mais l’humour est noir, bizarre et hilarant. Un polar macabre qui prend le lecteur en otage jusqu’à la dernière page. »

Bibliographie de
Jón Hallur Stefánsson